Une (brève) histoire des poupées « American Girl » – Partie 1

Pendant deux semaines, je vous propose de découvrir l’histoire d’une grande marque de poupées américaines : les poupées American Girl. Cette semaine, nous nous plongeons dans les années 1980-1990…

Les années 1980…

Tout commence en 1984, lorsque Pleasant Rowland visite l’écomusée « Colonial Williamsburg« , en Virginie, qui retrace la vie quotidienne d’une ville américaine à l’époque coloniale.

Les visiteurs déambulent au milieu d’authentiques bâtiments historiques, tandis que des guides en costume perpétuent devant eux des gestes et traditions du passé.

Cette visite marque énormément l’institutrice Pleasant Rowland qui est très étonnée de l’absence d’ouvrages pour enfants à la boutique du musée.

Elle se dit alors que les petites filles américaines seraient sans doutes beaucoup plus intéressées par l’histoire de leur pays, si on leur racontait au travers d’ouvrages spécialement conçues pour elles, autour de personnages auxquels elles pourraient facilement s’identifier.

Le Noël suivant, Pleasant Rowland cherche des poupées à offrir à ses jeunes nièces de 8 et 10 ans mais rien de ce qu’elle trouve dans les magasin ne la satisfait. La plupart des poupées alors vendues étaient des mannequins de type Barbie représentant des jeunes femmes adultes ou alors des personnages humoristiques peu réalistes (et pas du tout à son goût) comme les Cabbage Patch Kids. Aucune poupée alors vendue en magasin n’était réellement à l’image des petites filles à qui elles étaient destinées.

C’est de ce double constat qu’en 1986, naissent les premières poupées « American Girl », à Middleton dans le Wisconsin. D’abord fabriquées par Götz en Allemagne, leur production connait par la suite plusieurs délocalisations. Ces premières poupées ont un corps articulé en tissu blanc et sont commercialisées sous la marque Pleasant Company. Elles représentent des fillettes de 10 ans et sont destinées aux enfants de 8 à 12 ans.

Cette première année, trois poupées représentant trois époques et trois épisodes de l’histoire américaine voient le jour :

  • Kirsten Larson fille de pionniers suédois établis dans le Minnesota en 1844,
  • Samantha Parkington orpheline new-yorkaise élevée par sa riche grand-mère en 1904,
  • et Molly McIntire, petite fille de l’Illinois en 1944, pendant la Seconde Guerre Mondiale.

A ce moment-là, les poupées sont exclusivement vendues par correspondance à un panel d’acheteurs ciblés. Chaque poupée est livrée avec son trousseau historiquement conforme ainsi que trois romans relatant ses aventures. Dans ces romans Pleasant Rowland n’hésite pas à aborder des thèmes tels que l’esclavage, le travail des enfants, la pauvreté…

En 1988, il est désormais possible de commander des tenues pour fillettes à l’image des tenues portées par les poupées et en 1989, divers projets de travaux manuels autour des poupées sont lancés (patrons de couture et idées de bricolages).

Les années 1990…

En 1990, Pleasant Rowland crée un poupon représentant un nouveau-né non sexué, au corps en tissu comme les American Girl, mais non articulé. Il s’appelle « Our New Baby« . Pour l’habiller, diverses tenues sont vendues en version fille et en version garçon pour s’adapter au choix de chaque enfant. Ce poupon est accompagné d’un petit livre éducatif censé aider les plus jeunes à s’habituer à l’arrivée d’un nouveau bébé dans la famille. En 1995, il est renommé « Bitty Baby« .

Au cours de la décennie, plusieurs autres poupées historiques voient également le jour :

  • en 1991Felicity Merriman représentant l’année 1774 et la période de la Révolution américaine. A partir de cette date, le corps des poupées est désormais en tissu couleur chair, afin de s’adapter à des tenues plus décolletées.
  • en 1993Addy Walker, une jeune esclave courageuse en 1864,
  • et en 1997 Josefina Montoya, habitante du Nouveau-Mexique en 1824, avant que ce territoire ne devienne un Etat américain.

En 1992, les poupées confiées à l’hôpital pour réparation sont renvoyées chez elles en chemise d’hôpital et accompagnées de petits souvenirs de leur séjour. La même année voit le lancement de l’American Girl Magazine, une revue bimensuelle à destination des fillettes de 8 à 12 ans.

En 1995, une nouvelle collection voit le jour : « American Girl of Today« . Cette collection va régulièrement changer de nom au fil des ans : « American Girl Today » en 1998, « Just Like You » en 2006, « My American Girl » en 2010 et enfin « Truly Me » depuis 2015.

Enfin, dès 1998, il est possible de commander les poupées en ligne sur le site internet de la compagnie, lancé l’année d’avant tandis qu’une première boutique physique ouvre à Chicago dans l’Illinois. La même année, Pleasant Rowland revend sa société au géant du jouet Mattel (qui avait d’ailleurs racheté Corolle quelques années plus tôt).

Histoire à suivre…

Sources : Wikia, Par amour des poupées, How we got started.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

Le nouveau catalogue Corolle 2019 Janvier-août

Je viens de recevoir le nouveau catalogue Corolle. Il compte 48 pages.

Vous pouvez le trouver en version papier chez tous les revendeurs de produits Corolle ou en le commandant directement sur le site de la marque.

Pour les impatients, vous pouvez aussi le feuilleter en ligne sur Calameo, en cliquant sur l’image ci-dessous.

Catalogue Corolle 2019

Il est particulièrement intéressant cette année car c’est le catalogue du quarantième anniversaire de la marque mais c’est aussi le catalogue de la première collection présentée par la nouvelle propriétaire de la société Corolle toujours installée à Langeais en Indre-et-Loire, la société allemande Simba-Dickie Group.

Comme d’habitude, les premières pages sont consacrées au doudous et les suivantes aux poupons et poupées et à leurs accessoires. Bébé Chéri est toujours là ainsi que Nouveau-né, les deux modèles emblématiques de la marque.

A l’occasion des quarante ans de la marque, Nouveau-né a reçu le prénom de Léonie ; elle est présentée vêtue d’une jolie robe rose dans une boîte anniversaire. Pour les 25 ans, en 2004, c’était déjà Nouveau né qui avait eu les honneurs du catalogue. Le premier modèle, celui de 1979, avait fait l’objet d’une réédition spéciale, à tirage limité.

Madeleine, un bébé câlin de 30 cm est également vendu en coffret du quarantième anniversaire.

A partir de la page 44, de nouveaux produits sont proposés comme un album photo ou un livre de recettes de cuisine spécialement adaptées aux tout petits.

La double page suivante présente des trottinettes, porteurs et chariots et leurs équipements.

En 2019, Corolle ce n’est plus seulement la marque des poupées.Rendez-vous sur Hellocoton !

Mes trouvailles de la Chandeleur 2019

Le temps était tellement maussade cet après-midi que j’hésitais vraiment à sortir mais le désir d’aller fouiller les bacs d’Emmaüs a été plus fort que mon envie de rester chez moi au chaud.

Et j’ai eu raison car cette petite visite m’a permis d’adopter trois poupées Corolle : Carine joyeuse de 1989, Fred, un youpi câlin de 1999 et un Babi Cor♥lle de 2008.

De gauche à droite Babi Cor♥lle 2008, Carine joyeuse de 1989 et Youpi Calin Fred de 1999 – Photo collection particulière

C’est sûr, le mois prochain je retourne à la salle des ventes d’Emmaüs d’Escalquens.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Bébé Do – Corolle – 2000 à 2012

Bébé Do est désormais un classique de Corolle. Apparu au tout début du 21ème siècle, Bébé Do figure toujours au catalogue de 2018 mais il a changé de nom. Il, ou plutôt elle, s’appelle maintenant Eloïse va au dodo.

Bébé Do dormant – Photo collection particulière

Mon Bébé Do est de 2005. Ainsi en atteste l’étiquette cousue à son corps en tissu bourré.

Ce joli bébé de 36 cm est marqué S-2 J-14 Cor♥lle (en relief) dans la nuque.

Une bonne bouille de bébé – Photo collection particulière

La tête et les membres de Bébé Do sont en vinyle ; ses yeux dormeurs sont bleus et ses cheveux moulés sont à peine esquissés.

Bébé Do, un bébé Corolle du 21ème siècle

Bébé Do n’a pas vraiment disparu du catalogue en 2012. Il a juste changé de prénom. Entre 2013 et 2015, il est devenu Bébé dodo. Il s’est caché en 2016 pour réapparaître en coffret à Noël 2017 et cette année, c’est Eloïse va au dodo.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Bébé Plouf – Corolle – 2007

Bébé Plouf est un petit baigneur de 32 cm marqué dans la nuque : X Corolle la signature de Pierre Durdily 91/50 L 2012.

Bébé plouf de 2007 – Photo collection particulière

Il est tout en vinyle, a les cheveux gravés et les yeux dormeurs bleus marine.

Sa tête et ses membres sont emboîtés.

Il figure au petit catalogue Corolle de 2007 en page 31 ; il était vêtu d’un slip rayé, d’un joli peignoir de bain blanc bordé de rose et de brassards jaunes. Le mien n’a conservé que son slip.

Bébé Plouf vêtu de son slip d’origine – Photo collection particulière

Ce poupon est apparu dans les années 90 et selon les années s’est appelé Mini Plouf ou Bébé Plouf.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Odile – Clodrey – 1965-66

Je possède depuis quelque temps déjà deux modèles d’Odile ; toutes les deux ont les cheveux implantés courts et bonds et les yeux post coucou mais l’une les a noisette et l’autre bleus.

Odile aux yeux noisette – Photo collection particulière

Je pensais que ces poupées ne portaient pas de prénom mais étaient simplement vendues comme poupées Clodrey, voire comme Clodrey coucou quelques années plus tôt.

Grâce au forum Par amour des poupées, je viens de découvrir l’identité de ces deux demoiselles.

Comme nous l’explique le forum, Odile figurait au catalogue Jouetrama de 1965-66. Elle était vendue 10 F, soit 13  € au 30 novembre 2018.

Une poupée de 35 cm tout en polyflex – photo collection particulière
Odile aux yeux bleus – Photo collection particulière

La même poupée figurait déjà au catalogue de la Redoute de 1963, elle était vendue sans marque ni prénom ; vue la date, cette poupée non nommée avait probablement de véritables yeux coucou.

Odile est une poupée de 35 cm tout en polyflex ; elle est marquée dans le dos Polyflex avec le timbre.

Sa tête est montée à la japonaise, ses bras sont élastiqués et ses jambes sont emboîtées.

Rendez-vous sur Hellocoton !

P2 – Bella -1958

Ce charmant baigneur Bella n’a pas de prénom comme toutes les poupées de sa génération. En revanche il est bien identifié par le nom de sa série. C’est un P2 de 1958. Il figure dans le Grand Livre des Poupées Bella d’Anne-Marie Porot.

Un baigneur de 60 ans – Photos collection particulière

Ce joli poupon ici vêtu de sa chemise d’origine mesure 30 cm. Ses magnifiques yeux bleus sont fixes et ses cheveux gravés.

Il est tout en alkatène.

De magnifiques yeux bleus – Photo collection particulière

Sa tête est fixe ; ses bras et ses jambes sont emboîtés.

Il est buveur mouilleur et a des trous dans les oreilles et dans le dos pour y placer la seringue lors des soins dont ce bébé pourrait avoir besoin.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Tidoo – Corolle – A partir de 2003

Les Tidoo de Corolle sont des bébés pour le bain à corps en tissu bourré de billes afin qu’ils puissent flotter.

Je vous présente tout d’abord Tidoo gracieux vif de 2006.

Tidoo de près – Photo : collection particulière

Ce charmant bambin de 30 cm est marqué dans la nuque : Corolle © 2003-M-10-1. Ses yeux sont dormeurs noirs et sans pupille ; ils ont un peu souffert des bains fréquents.

Ses cheveux sont gravés et moulés.

Le tissu de son corps est marron.

Tidoo gracieux vif de loin – Photo : collection particulière

Tidoo gracieux vif est vêtu d’origine et il n’a pas perdu le petit canard qui l’accompagnait lorsqu’il a quitté le magasin.

Voici maintenant Tidoo lutin vif de 2011, en tous points identique à son frère noir à l’exception de son corps en toile écrue et de ses yeux bleus.

Tidoo prêt pour le bain – photo collection particulière
Tidoo lutin vif  -Photo collection particulière

Tidoo lutin vif est ici vêtu d’origine. Il lui manque son gilet rose, son bonnet rose et bleu et son canard jaune. Sur une étiquette cousue à son corps il est marqué 2011 bébé 30 cm.

Tidoo lutin vif de 2011 – Photo collection particulière

Rendez-vous sur Hellocoton !

Juliette, l’adorable poupée Sergent Major

Juliette dans sa boîte-dressing – Collection privée

En octobre dernier, pour célébrer ses 30 ans, la célèbre marque de mode enfantine « Sergent Major » a créé une poupée prénommée Juliette, dotée d’un trousseau assorti à celui des petites filles et vendue dans une boîte en carton rose qui se transforme en dressing une fois la poupée déballée.

Juliette est une jolie poupée blonde à corps souple de 36cm. Son corps est en toile blanche bourrée. Son prénom y est brodé. Une étiquette portant le logo de la marque est inséré dans la couture de côté et une autre portant diverses mentions légales est insérée dans la couture de dos. On y apprend notamment que Juliette a été fabriquée en Chine pour Sergent Major.

Juliette, poupée à corps bourré réalisée pour Sergent Major – Collection privée

Placée le long d’un mur, Juliette tient debout seule, ce qui permet de la mettre en scène pour réaliser d’amusantes photos.

Juliette a de grands yeux dormeurs turquoise, une grande bouche un peu boudeuse et de longs cheveux blonds implantés. La mienne a été coiffée par les vendeuses de la boutique dans laquelle je l’ai achetée.

Juliette, poupée Sergent Major 2018 – Collection privée

Juliette est vendue avec une tenue inspirée de la collection « Odyssée et Crustacés » composée d’une robe, une paire de chaussures et une barrette. Un cintre est également fourni pour ranger la tenue. Petite déception : la demoiselle ne porte pas de sous-vêtements. Au vu de son prix, j’aurais aimé que ce genre de détail ne soit pas oublié.

Trois autres tenues ont été lancées en même temps que la poupée : un ensemble short issu de la collection « La Citadelle Verte », une robe chasuble issue de la collection « Rock&Pop Academy » et un combishort issu de la collection « L »amour dans les airs ».

Juliette dans sa tenue « Noël Féérique » – Collection privée

Pour les fêtes, deux tenues supplémentaires ont été proposées : une tenue de soirée issue de la collection « Un Noël Féérique » et un pyjama issu de la collection « pyjamas douillets ».

Chaque tenue de la poupée est la reproduction miniature d’une tenue pour fillette proposée par l’enseigne. Elle se compose d’un vêtement et de plusieurs accessoires : bijou de cheveux, chaussures, collants, sac… Les tenues sont de très belle qualité (véritables tissus de confection et finitions soignées) et joliment présentées en boite vitrine. Elles coûtent entre 23,99€ et 29,99€ et vont à la plupart des poupées à corps souple de 36 cm (comme Ma Corolle). Juliette, quant à elle, coûte 69,99€.

Juliette, une poupée Sergent Major

Retrouvez Juliette et ses tenues sur le site Sergent Major

Rendez-vous sur Hellocoton !

Un Noël 2018 tout en poupées

Le Père Noël savait parfaitement comment nous faire plaisir et il ne s’est pas trompé.

Les adoptés de Noël 2018 – Photo collection particulière

Il a déposé sous le sapin Mirabelle cadeau de 1985 et Lili Flore de 2005 (deux poupées Corolle), Marco et Nid d’Ange (deux poupons Clodrey-CEJI), une tirelire du Crédit Lyonnais signée Clodrey-AJENA, un catalogue Clodrey-CEJI de 1975, des disques pour poupées parlantes de chez Clodrey et enfin un exemplaire de jouets et jeux de 1963, une véritable mine de renseignements sur les fabricants et marques de jouets du début des années 60.

Rendez-vous sur Hellocoton !